Bonne et heureuse année 2021

Autres Profils

Contact

Vous pouvez me joindre en utilisant le formulaire de contact.

  • Le ballet des heures
  • Mélodie

Le ballet des heures

Les heures sont des fleurs l’une après l’autre écloses
Dans l’éternel hymen de la nuit et du jour ;
Il faut donc les cueillir comme on cueille les roses
Et ne les donner qu’à l’amour.

Ainsi que de l’éclair, rien ne reste de l’heure,
Qu’au néant destructeur le temps vient de donner ;
Dans son rapide vol embrassez la meilleure,
Toujours celle qui va sonner.

Et retenez-la bien au gré de votre envie,
Comme le seul instant que votre âme rêva ;
Comme si le bonheur de la plus longue vie
Était dans l’heure qui s’en va.

Vous trouverez toujours, depuis l’heure première
Jusqu’à l’heure de nuit qui parle douze fois,
Les vignes, sur les monts, inondés de lumière,
Les myrtes à l’ombre des bois.

Aimez, buvez, le reste est plein de choses vaines ;
Le vin, ce sang nouveau, sur la lèvre versé,
Rajeunit l’autre sang qui vieillit dans vos veines
Et donne l’oubli du passé.

Que l’heure de l’amour d’une autre soit suivie,
Savourez le regard qui vient de la beauté ;
Être seul, c’est la mort ! Être deux, c’est la vie !
L’amour c’est l’immortalité !

 

Gérard de Nerval

Mélodie

 

Quand le plaisir brille en tes yeux 
Pleins de douceur et d'espérance, 
Quand le charme de l'existence 
Embellit tes traits gracieux, — 
Bien souvent alors je soupire 
En songeant que l'amer chagrin, 
Aujourd'hui loin de toi, peut t'atteindre demain, 
Et de ta bouche aimable effacer le sourire ; 
Car le Temps, tu le sais, entraîne sur ses pas 
Les illusions dissipées, 
Et les yeux refroidis, et les amis ingrats, 
Et les espérances trompées !

Mais crois-moi, mon amour ! tous ces charmes naissants 
Que je contemple avec ivresse 
S'ils s'évanouissaient sous mes bras caressants, 
Tu conserverais ma tendresse ! 
Si tes attraits étaient flétris, 
Si tu perdais ton doux sourire, 
La grâce de tes traits chéris 
Et tout ce qu'en toi l'on admire, 
Va, mon cœur n'est pas incertain : 
De sa sincérité tu pourrais tout attendre. 
Et mon amour, vainqueur du Temps et du Destin, 
S'enlacerait à toi, plus ardent et plus tendre !

Oui, si tous tes attraits te quittaient aujourd'hui, 
J'en gémirais pour toi ; mais en ce cœur fidèle 
Je trouverais peut-être une douceur nouvelle, 
Et, lorsque loin de toi les amants auraient fui, 
Chassant la jalousie en tourments si féconde, 
Une plus vive ardeur me viendrait animer. 
« Elle est donc à moi seul, dirais-je, puisqu'au monde 
Il ne reste que moi qui puisse encor l'aimer ! »

Mais qu'osè-je prévoir ? tandis que la jeunesse 
T'entoure d'un éclat, hélas ! bien passager, 
Tu ne peux te fier à toute la tendresse 
D'un cœur en qui le temps ne pourra rien changer. 
Tu le connaîtras mieux : s'accroissant d'âge en âge, 
L'amour constant ressemble à la fleur du soleil, 
Qui rend à son déclin, le soir, le même hommage 
Dont elle a, le matin, salué son réveil !

Gérard de Nerval