Bonne et heureuse année 2021

Autres Profils

Contact

Vous pouvez me joindre en utilisant le formulaire de contact.

  • La fonction de poète
  • Il faut que le poète
  • Mes poèmes 
  • Paroles dans l'ombre

La Fonction de poète

 

Dieu le veut, dans les temps contraires,
Chacun travaille et chacun sert.
Malheur à qui dit à ses frères :
Je retourne dans le désert !
Malheur à qui prend ses sandales
Quand les haines et les scandales
Tourmentent le peuple agité !
Honte au penseur qui se mutile
Et s'en va, chanteur inutile,
Par la porte de la cité !

Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs.
ll est l'homme des utopies,
Les pieds ici, les yeux ailleurs.
C'est lui qui sur toutes les têtes,
En tout temps, pareil aux prophètes,
Dans sa main, où tout peut tenir,
Doit, qu'on l'insulte ou qu'on le loue,
Comme une torche qu'il secoue,
Faire flamboyer l'avenir !

Il voit, quand les peuples végètent !
Ses rêves, toujours pleins d'amour,
Sont faits des ombres que lui jettent
Les choses qui seront un jour.
On le raille. Qu'importe ! il pense.
Plus d'une âme inscrit en silence
Ce que la foule n'entend pas.
Il plaint ses contempteurs frivoles ;
Et maint faux sage à ses paroles
Rit tout haut et songe tout bas !

Peuples! écoutez le poète !
Ecoutez le rêveur sacré !
Dans votre nuit, sans lui complète,
Lui seul a le front éclairé.
Des temps futurs perçant les ombres,
Lui seul distingue en leurs flancs sombres
Le germe qui n'est pas éclos.
Homme, il est doux comme une femme.
Dieu parle à voix basse à son âme
Comme aux forêts et comme aux flots.

C'est lui qui, malgré les épines,
L'envie et la dérision,
Marche, courbé dans vos ruines,
Ramassant la tradition.
De la tradition féconde
Sort tout ce qui couvre le monde,
Tout ce que le ciel peut bénir.
Toute idée, humaine ou divine,
Qui prend le passé pour racine,
A pour feuillage l'avenir.

Il rayonne! il jette sa flamme
Sur l'éternelle vérité !
Il la fait resplendir pour l'âme
D'une merveilleuse clarté.
Il inonde de sa lumière
Ville et désert, Louvre et chaumière,
Et les plaines et les hauteurs ;
A tous d'en haut il la dévoile;
Car la poésie est l'étoile
Qui mène à Dieu rois et pasteurs ! 

Victor Hugo

 

Il faut que le poète


 

Il faut que le poète, épris d'ombre et d'azur, 
Esprit doux et splendide, au rayonnement pur, 
Qui marche devant tous, éclairant ceux qui doutent, 
Chanteur mystérieux qu'en tressaillant écoutent 
Les femmes, les songeurs, les sages, les amants, 
Devienne formidable à de certains moments. 
Parfois, lorsqu'on se met à rêver sur son livre, 
Où tout berce, éblouit, calme, caresse, enivre, 
Où l'âme à chaque pas trouve à faire son miel, 
Où les coins les plus noirs ont des lueurs du ciel, 
Au milieu de cette humble et haute poésie, 
Dans cette paix sacrée où croit la fleur choisie, 
Où l'on entend couler les sources et les pleurs, 
Où les strophes, oiseaux peints de mille couleurs, 
Volent chantant l'amour, l'espérance et la joie, 
Il faut que par instants on frissonne, et qu'on voie 
Tout à coup, sombre, grave et terrible au passant, 
Un vers fauve sortir de l'ombre en rugissant ! 
Il faut que le poète aux semences fécondes 
Soit comme ces forêts vertes, fraîches, profondes, 
Pleines de chants, amour du vent et du rayon, 
Charmantes, où soudain l'on rencontre un lion.


 

Victor Hugo

Mes poèmes !

Mes poèmes ! soyez des fleuves !
Allez en vous élargissant !
Désaltérez dans les épreuves
Les coeurs saignants, les âmes veuves,
Celui qui monte ou qui descend.

Que l'aigle plonge, loin des fanges,
Son bec de lumière en vos eaux !
Et dans vos murmures étranges
Mêlez l'hymne de tous les anges
Aux chansons de tous les oiseaux !

Victor Hugo

Paroles dans l'ombre

 

Elle disait : C'est vrai, j'ai tort de vouloir mieux ; 
Les heures sont ainsi très doucement passées ; 
Vous êtes là ; mes yeux ne quittent pas vos yeux, 
Où je regarde aller et venir vos pensées. 

Vous voir est un bonheur ; je ne l'ai pas complet. 
Sans doute, c'est encor bien charmant de la sorte ! 
Je veille, car je sais tout ce qui vous déplaît, 
À ce que nul fâcheux ne vienne ouvrir la porte ; 

Je me fais bien petite, en mon coin, près de vous ; 
Vous êtes mon lion, je suis votre colombe ; 
J'entends de vos papiers le bruit paisible et doux ; 
Je ramasse parfois votre plume qui tombe ; 

Sans doute, je vous ai ; sans doute, je vous vois. 
La pensée est un vin dont les rêveurs sont ivres, 
Je le sais ; mais, pourtant, je veux qu'on songe à moi. 
Quand vous êtes ainsi tout un soir dans vos livres, 

Sans relever la tête et sans me dire un mot, 
Une ombre reste au fond de mon coeur qui vous aime ; 
Et, pour que je vous voie entièrement, il faut 
Me regarder un peu, de temps en temps, vous-même. 

 

Victor Hugo