Autres Profils

Contact

Vous pouvez me joindre en utilisant le formulaire de contact.

BELLAY Joachim du (Liré, 1522 – Paris, 1560)

Appartenant à une famille qui s'était illustrée dans les armes, les lettres et la carrière ecclésiastique, il fait des études juridiques à Poitiers et rencontre Ronsard en 1547. Encouragé par celui-ci, il se consacre dès lors à la poésie, étudiant avec ferveur les lettres grecques et latines sous la direction de l'humaniste Jean Dorat. En 1549, il publie sa Défense et illustration de la langue française, qui devient le manifeste d'un groupe de jeunes poètes voulant réhabiliter à la fois la langue française et l'étude des Anciens, de Pétrarque et des poètes italiens contemporains. Présidé par Ronsard, ce groupe, d'abord intitulé la Brigade, deviendra bientôt la Pléiade. Délaissant les genres de la poésie médiévale, la Pléiade cherche à remettre en honneur les formes poétiques de l'Antiquité gréco-latine, et tout particulièrement l'ode et l'élégie. Cette même année 1549, du Bellay fait paraître un recueil de sonnets inspiré de Pétrarque et dédié à Mlle de la Viole ; le titre de ce recueil, l'Olive, est l'anagramme de « Viole ». En 1553, bien que malade et déjà atteint de surdité, il accompagne à Rome son oncle, le cardinal Jean du Bellay, en qualité de secrétaire. Il y demeurera quatre ans. Ému par la grandeur de la Ville éternelle, mais attristé aussi par le délabrement des monuments anciens, il supporte mal les tracasseries et les mesquineries de la cour pontificale. Lors de son retour à Paris en 1558, il publie conjointement les sonnets des Antiquités de Rome, qui exalte avec vigueur et majesté le passé de Rome, et les sonnets des Regrets, où s'exprime tout ensemble sa nostalgie de la France et ses rancoeurs à l'égard des milieux ecclésiastiques. Sa santé déclinant très vite, il publie encore ses Divers jeux rustiques (1558) et meurt d'épuisement à l'âge de trente-sept ans. Avec Ronsard, et peut-être plus intensément que celui-ci, il demeure le maître du sonnet dans notre langue.

 

Poèmes de l'auteur

 

  • A l'ambitieux et avare ennemi des bonnes lettres

  • A Madame Marguerite, d'écrire en sa langue

  • A monsieur d'Avanson

  • A son livre

  • A Vénus

  • Après avoir longtemps erré sur le rivage

  • Astres cruels, et vous dieux inhumains

  • Au fleuve de Loire

  • Au Roi

  • Autant comme l'on peut en un autre langage

  • Ayant tant de malheurs gémi profondément

  • Baif, qui, comme moi, prouves l'adversité

  • Brusquet à son retour vous racontera, Sire

  • C'est ores, mon Vineus, mon cher Vineus, c'est ore

  • C'était alors que le présent des dieux

  • C'était ores, c'était qu'à moi je devais vivre

  • Ce n'est l'ambition, ni le soin d'acquérir

  • Ce n'est le fleuve tusque au superbe rivage

  • Ce n'est pas sans propos qu'en vous le ciel a mis

  • Celle que Pyrrhe et le Mars de Libye

  • Celle qui de son chef les étoiles passait

  • Cent fois plus qu'à louer on se plaît à médire

  • Cependant qu'au palais de procès tu devises

  • Cependant que la Cour mes ouvrages lisait

  • Cependant que Magny ...

  • Cependant que tu dis ta Cassandre divine

  • Cependant que tu suis le lièvre par la plaine

  • Ces grands monceaux pierreux, ces vieux murs que tu vois

  • Ceux qui sont amoureux, leurs amours chanteront

  • Chant du désespéré

  • Combien que ton Magny ait la plume si bonne

  • Comme jadis l'ame de l'univers

  • Comme l'on voit de loin sur la mer courroucée

  • Comme le champ semé en verdure foisonne

  • Comme le marinier, que le cruel orage

  • Comme on passe en été le torrent sans danger

  • Comme un qui veut curer quelque cloaque immonde

  • Comte, qui ne fis onc compte de la grandeur

  • Cousin, parle toujours des vices en commun

  • D'un vanneur de blé aux vents

  • Dans l'enfer de son corps mon esprit attaché

  • De ce qu'on ne voit plus qu'une vague campagne

  • De ce royal palais que bâtiront mes doigts

  • De quelque autre sujet que j'écrive, Jodelle

  • De voir mignon du roi un courtisan honnête

  • De votre Dianet (de votre nom j'appelle

  • Dedans le ventre obscur, où jadis fut enclos

  • Déjà la nuit en son parc amassait

  • Depuis que j'ai laissé mon naturel séjour

  • Dessous ce grand François, dont le bel astre luit

  • Dessus un mont une flamme allumée

  • Digne fils de Henri, notre Hercule gaulois

  • Divins esprits, dont la poudreuse cendre

  • Doulcin, quand quelquefois je vois ces pauvres filles

  • En mille crespillons les cheveux se friser

  • Encore que l'on eût heureusement compris

  • Espérez-vous que la postérité

  • Esprit royal, qui prends de lumière éternelle

  • Et je pensais aussi ce que pensait Ulysse

  • Et puis je vis l'arbre dodonien

  • Finalement sur le point que Morphée

  • Flatter un créditeur, pour son terme allonger

  • France, mère des arts, des armes et des lois

  • Fuyons, Dilliers, fuyons cette cruelle terre

  • Gordes, à m'est avis que je suis éveillé

  • Gordes, j'ai en horreur un vieillard vicieux

  • Gordes, que Du Bellay aime plus que ses yeux

  • Heureux celui qui peut longtemps suivre la guerre

  • Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

  • Heureux, de qui la mort de sa gloire est suivie

  • Ici de mille fards la traïson se déguise

  • Il fait bon voir, Paschal, un conclave serré

  • J'aime la liberté, et languis en service

  • Je fus jadis Hercule, or Pasquin je me nomme

  • Je hais du Florentin l'usurière avarice

  • Je hais plus que la mort un jeune casanier

  • Je me ferai savant en la philosophie

  • Je n'ai jamais pensé que cette voûte ronde

  • Je n'escris point d'amour, n'estant point amoureux

  • Je ne commis jamais fraude ni maléfice

  • Je ne découvre ici les mystères sacrés

  • Je ne suis pas de ceux qui robent la louange

  • Je ne te conterai de Bologne et Venise

  • Je ne veux feuilleter les exemplaires Grecs

  • Je ne veux point fouiller au sein de la nature

  • Je vis haut élevé sur colonnes d'ivoire

  • Je vis l'oiseau qui le soleil contemple

  • Je vis sourdre d'un roc une vive fontaine

  • Je vis un fier torrent, dont les flots écumeux

  • L'olive

  • La Complaînte du désespéré

  • La grecque poésie orgueilleuse se vante

  • La jeunesse, Du Val, jadis me fit écrire

  • La nef qui longuement a voyagé, Dillier

  • La terre y est fertile, amples les édifices

  • Las où est maintenant ce mespris de Fortune

  • Le Babylonien ses hauts murs vantera

  • Le Breton est savant et sait fort bien écrire

  • Le grand flambeau gouverneur de l'année

  • Les Boys fueilluz, et les herbeuses Ryves

  • Loyre fameux, qui ta petite Source

  • Magny, je ne puis voir un prodigue d'honneur

  • Maintenant je pardonne à la douce fureur

  • Malheureux l'an, le mois, le jour, l'heure et le point

  • Maraud, qui n'es maraud que de nom seulement

  • Marcher d'un grave pas, et d'un grave sourcil

  • Mars, vergogneux d'avoir donné tant d'heur

  • Maudit soit mille fois le Borgne de Libye

  • Morel, quand quelquefois je perds le temps à lire

  • Muse, qui autrefois chantas la verte Olive

  • N'étant de mes ennuis la fortune assouvie

  • N'étant, comme je suis, encore exercité

  • Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux

  • Ne pense pas, Bouju, que les nymphes latines

  • Ne t'ébahis, Ronsard, la moitié de mon âme

  • Ni la fureur de la flamme enragée

  • Non autrement qu'on voit la pluvieuse nue

  • Non pour ce qu'un grand roi ait été votre père

  • Nous ne faisons la cour aux filles de Mémoire

  • Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome

  • Ny par les bois les Driades courantes

  • Ô beaux cheveux d'argent mignonnement retors

  • Ô combien est heureux qui n'est contraint de feindre

  • Ô marâtre nature (et marâtre es-tu bien

  • Ô qu'heureux est celui qui peut passer son âge

  • Ô que celui était cautement sage

  • Ô que tu es heureux, si tu connais ton heur

  • Ô trois et quatre fois malheureuse la terre

  • On donne les degrés au savant écolier

  • Ores, plus que jamais, me plaît d'aimer la Muse

  • Où que je tourne l'oeil, soit vers le Capitole

  • Pâles esprits, et vous ombres poudreuses

  • Panjas, veux-tu savoir quels sont mes passe-temps

  • Par armes et vaisseaux Rome dompta le monde

  • Plus qu'aux bords Aetëans le brave fils d'Eson

  • Plus riche assez que ne se montrait celle

  • Prélat, à qui les cieux ce bonheur ont donné

  • Puis m'apparut une pointe aiguisée

  • Qu'heureux tu es, Baïf, heureux, et plus qu'heureux

  • Quand ce brave séjour, honneur du nom Latin

  • Quand cette belle fleur premièrement je vis

  • Quand je te dis adieu, pour m'en venir ici

  • Quand je vois ces messieurs, desquels l'autorité

  • Quand je voudrai sonner de mon grand Avanson

  • Quand le Soleil lave sa tête blonde

  • Que dirons-nous, Melin, de cette cour romaine

  • Que ferai-je, Morel ? Dis-moi, si tu l'entends

  • Que n'ai-je encor la harpe thracienne

  • Quel est celui qui veut faire croire de soi

  • Qui a vu quelquefois un grand chêne asséché

  • Qui est ami du coeur est ami de la bourse

  • Qui niera, Gillebert, s'il ne veut résister

  • Qui voudra voir tout ce qu'ont pu nature

  • Qui voudrait figurer la romaine grandeur

  • Quiconque, mon Bailleul, fait longuement séjour

  • Ronsard, j'ai vu l'orgueil des colosses antiques

  • Sacrés coteaux, et vous saintes ruines

  • Scève, je me trouvai comme le fils dAnchise

  • Seigneur, je ne saurais regarder d'un bon oeil

  • Si après quarante ans de fidèle service

  • Si celui qui s'apprête à faire un long voyage

  • Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses

  • Si je monte au Palais, je n'y trouve qu'orgueil

  • Si l'aveugle fureur, qui cause les batailles

  • Si la perte des tiens, si les pleurs de ta mère

  • Si la vertu, qui est de nature immortelle

  • Si les larmes servaient de remède au malheur

  • Si mes écrits, Ronsard, sont semés de ton los

  • Si nostre vie est moins qu'une journée...

  • Si onques de pitié ton âme fut atteinte

  • Si par peine et sueur et par fidélité

  • Si pour avoir passé sans crime sa jeunesse

  • Si tu m'en crois, Baïf, tu changeras Parnasse

  • Si tu ne sais, Morel, ce que je fais ici

  • Si tu veux sûrement en cour te maintenir

  • Sire, celui qui est a formé toute essence

  • Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique

  • Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée

  • Sur un chapelet de roses du Bembe

  • Tant que l'oiseau de Jupiter vola

  • Telle que dans son char la Bérécynthienne

  • Tels que l'on vit jadis les enfants de la Terre

  • Toi qui de Rome émerveillé contemples

  • Tout ce qu'Egypte en pointe façonna

  • Tout effrayé de ce monstre nocturne

  • Tout le parfait dont le ciel nous honore

  • Tu dis que Du Bellay tient réputation

  • Tu ne crains la fureur de ma plume animée

  • Tu ne me vois jamais, Pierre, que tu ne die

  • Tu sois la bienvenue, ô bienheureuse trêve !

  • Tu t'abuses, Belleau, si pour être savant

  • Un plus savant que moi, Paschal, ira songer

  • Une louve je vis sous l'antre d'un rocher

  • Veux-tu savoir, Duthier, quelle chose c'est Rome

  • Villanelle

  • Vivons, Gordes, vivons, vivons, et pour le bruit

  • Voyant l'ambition, l'envie, et l'avarice

  • Vu le soin ménager dont travaillé je suis